Propriétés De Charme Et De Caractère En ANJOU
25 oct

Cette propriété de charme en Anjou sera-t-elle à vous avec une offre d’achat au prix ?

Une propriété de charme en Anjou

Une propriété de charme en Anjou, c’est vraiment l’achat coup de cœur… Même si les professionnels ne cessent de répéter qu’il faut se méfier des coups de tête et surtout ne pas acheter trop vite. Vous avez visité une propriété de charme en Anjou et, décidément, elle est faite pour vous ? L’étape suivante, c’est l’offre d’achat. Pour être sûr et certain qu’elle ne vous passe pas sous le nez, inutile d’essayer de grappiller quelques milliers d’euros. Faites plutôt une offre au prix.

Avec une offre au prix, normalement, vous pouvez commencer à faire vos cartons. À moins qu’un autre acheteur ait fait lui aussi une offre au prix. Là, honnêtement, les choses se compliquent, car ce n’est pas l’agence immobilière qui sélectionne l’acheteur. Si les offres ont été faites à peu près au même moment, l’agence est tenue de les transmettre toutes au vendeur. C’est donc lui et lui seul qui choisit son acheteur. Peu importe l’ordre d’arrivée des offres.

Pour faire le tri parmi les acheteurs, il fera le point sur le plan de financement de chaque candidat. Ce qui l’intéresse ? Que la vente aille au bout. Lorsqu’un acheteur se voit opposer un refus de prêt de la part d’une banque, il faut tout recommencer à zéro. Et le vendeur a perdu deux mois. L’idéal pour le vendeur, c’est l’acheteur qui achète sans prêt. Ainsi, il n’y a pas de condition suspensive. La vente peut donc se conclure rapidement : parfois en deux mois et demi.

Vous voulez cette propriété de charme en Anjou qui vous a tapé dans l’œil ? Pour faire la différence, il vous faut un bon apport. Moins vous empruntez et plus vos chances d’obtenir un prêt sont élevées. Le vendeur sera sensible à cet argument.

Sinon, vous pouvez toujours tenter de l’attendrir. Peut-être avez-vous passé votre enfance dans la région… En tout cas, faites-lui comprendre que cette maison est pour vous !

O.D. / Bazikpress © Jacques PALUT

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée